Le RADIATEUR ELECTRIQUE A INERTIE

 

Le radiateur électrique à inertie vous garantit un confort thermique idéal dans toute votre maison. Des températures maîtrisées et une chaleur homogène, plus de sensation de froid et surtout des économies à long terme sur vos dépenses.

C’est un appareil de chauffage électrique à effet de joule, fonctionnant donc grâce à une résistance. Et puisqu’il permet d’émettre une chaleur homogène et permanente, le radiateur à inertie est également un radiateur chaleur douce.

 

 

Les concepts de base d’un radiateur électrique à inertie

Avant de voir comment fonctionne le radiateur électrique à inertie ou les avantages qu’il présente, il serait intéressant d’expliquer brièvement quelques concepts de base pour le radiateur à inertie. Il s’agira notamment des concepts de l’inertie, du chauffage à effet de joule et du radiateur chaleur douce.

 

Qu’est-ce que le chauffage à effet de joule ?

L’effet de Joue désigne le dégagement de chaleur provoqué par le passage d’un courant électrique dans un matériau conducteur. Ce phénomène considéré négatif au départ (fusion du conducteur sous l’effet de la chaleur) est devenu à la base du chauffage électrique. Tout ce qu’il fallait est une résistance adaptée pour contrôler la chaleur émise.
Le radiateur à inertie se base sur ce principe, exploitant l’échauffement d’une résistance pour émettre de la chaleur douce et homogène.

 

 

• Qu’est-ce que l’inertie ?

Radiateur electrique a inertie Eoletec
C’est la capacité qu’a un matériau d’emmagasiner la chaleur et de la restituer lentement.
Le radiateur électrique à inertie a le même principe de fonctionnement qu’une cheminée. La plaque de fonte placée au fond de la cheminée chauffe à un degré tellement élevé que lorsque le feu est éteint, celle-ci prend le relais et diffuse de la chaleur progressivement dans toute la pièce.
La chaleur est alors transmise par rayonnement, c’est-à-dire sans contact entre l’objet chauffant et l’objet à chauffer. C’est pourquoi d’ailleurs le radiateur à inertie est le plus confortable pour les habitants comme nous allons voir par la suite.
Les propriétés thermiques des matériaux varient évidemment, ce qui fait que certains matériaux soient plus puissants que d’autres en termes d’inertie. En plus des matériaux classiques comme l’aluminium et l’acier, la céramique et la fonte sont largement utilisées. On retrouve aussi des matières plus rares comme la pierre de lave et la stéatite.

 

 

• Qu’est-ce qu’un radiateur à chaleur douce ?

 

Un radiateur à chaleur douce est un radiateur électrique qui transmet la chaleur dans toute la pièce, rapidement et de façon homogène. Ceci grâce à l’existence d’un point chaud permanent qui réduit les différences de température entre le plafond et le sol.
Alors que le radiateur à inertie contient une seule résistance, des modèles plus avancés du radiateur à chaleur douce contiennent deux résistances ou plus. Une sert à chauffer la façade du radiateur pour diffuser de la chaleur quasi instantanément, et l’autre pour chauffer un matériau réfractaire et diffuser la chaleur de façon durable.

 

 

Radiateur électrique à inertie : comment ça marche ?

Pour son fonctionnement, le radiateur électrique à inertie exploite la capacité d’inertie du matériau solide ou un liquide caloporteur.
Quelle que soit la forme inertielle utilisée (sèche ou fluide), la présence d’une résistance électrique est indispensable, car c’est la source de chaleur de l’appareil.
En somme, la résistance transforme l’électricité en chaleur et la transmet au matériau caloporteur présent dans l’appareil. Celui-ci accumule cette chaleur et la diffuse progressivement même après que le radiateur soit éteint.
Nous avons indiqué avant que le radiateur à inertie diffuse la chaleur essentiellement par rayonnement (infrarouge). C’est en effet le moyen qui permet de chauffer les occupants de la pièce concernée. Mais il transmet aussi la chaleur par convection naturelle pour chauffer l’air, et par conduction, ce qui permettrait de chauffer un objet en contact direct avec le radiateur. Ceci dit, la diffusion par rayonnement reste la technique principale, alors que seulement une faible quantité de la chaleur est diffusée par convection.

 

 

Les caractéristiques techniques du radiateur à inertie

 

• Combien d’énergie consomme le radiateur électrique ?

Pour pouvoir chauffer la pièce et ses occupants, le radiateur électrique à inertie exploite l’énergie (l’électricité) décomptée du compteur électrique. Mais avant d’arriver chez vous, cette énergie « finale » est obtenue à partir d’une énergie primaire produite par une centrale thermique ou nucléaire.
Tenant compte du travail de ces centrales et des pertes d’acheminement, il faudra multiplier l’énergie finale par un coefficient de 2,58 pour connaître l’énergie primaire. Connaissant l’énergie consommée par votre radiateur électrique, vous pouvez donc calculer l’énergie produite en amont et estimer en partie votre bilan énergétique.

 

 

• Quels sont les matériaux utilisés ?

Différents matériaux peuvent être utilisés par les radiateurs électriques à inertie, à condition de posséder deux caractéristiques spécifiques. Ils doivent d’abord posséder une forte capacité d’inertie thermique. Ceci afin de stocker le maximum de chaleur émise par la résistance du radiateur et pour pouvoir la diffuser ensuite sur une longue période. Ils doivent aussi posséder un fort coefficient d’émissivité pour que la diffusion par rayonnement soit optimale.
L’aluminium est apprécié pour sa légèreté et son excellente conductivité. Les radiateurs en aluminium sont les plus rapides à chauffer, mais refroidissent rapidement aussi une fois éteints. Ils nécessitent de ce fait une maison parfaitement isolée. C’est le cas aussi des radiateurs en acier, bien que l’acier soit plus solide que l’aluminium et plus esthétique.
La céramique et la fonte sont plus utilisées que l’aluminium et l’acier puisque leur inertie thermique est supérieure. Ils ne refroidissent pas aussi rapidement une fois éteints. Il y a aussi la pierre de lave qui peut stocker une grande quantité de chaleur et qui ensuite, continue de diffuser de la chaleur pendant longtemps.

 

 

Quels sont les différents procédés ?

Le radiateur électrique à inertie peut être assimilé à un point chaud permanent et stable. La chaleur qui en émane est douce et homogène.
Nous distinguons deux types de radiateurs électriques à inertie utilisant ce principe :

 

• Radiateur électrique à inertie sèche :

Ce principe repose sur l’utilisation d’un corps de chauffe dur. Le matériau est sélectionné selon sa puissance inertielle. La pierre de lave, la fonte ou la céramique sont les plus utilisées dans ce cas.
La résistance électrique est encastrée dans le matériau, et ce dernier accumule de la chaleur tant que l’appareil est allumé. Une fois l’appareil est éteint, une chaleur douce continue à être diffusée lentement procurant un confort thermique optimal.

 

• Le radiateur électrique à inertie fluide :

Comme son nom l’indique, cette technologie utilise un fluide caloporteur tel que l’eau glycolée ou une huile végétale ou minérale. La résistance électrique est placée en bas de l’appareil et plongée dans ce liquide. Ce dernier emmagasine la production thermique et la diffuse de façon constante. Ce qui permet d’obtenir une température homogène et continue dans la pièce à vivre. À travers ce procédé, le radiateur électrique à inertie fluide est souvent assimilé au chauffage électrique central et procure le même bien-être.

 

 

Quels sont les avantages ?

 

Plus qu’un chauffage, le radiateur électrique à inertie (fluide ou sèche) procure un confort thermique qui avoisine les 100%. Sa capacité d’accumuler et de diffuser la chaleur par rayonnement garantit une sensation de bien-être dans toute la pièce. La puissance inertielle du matériau utilisé permet d’avoir une température constante et homogène.
Dernier point, et qui est le plus important après le confort thermique : l’aspect économique de ce radiateur. Dans la mesure où cette technologie permet de chauffer uniformément la pièce même quand l’appareil est éteint, le radiateur électrique à inertie apporte de réelles économies à long terme.
Les températures sont mieux maîtrisées qu’un radiateur classique et avec seulement 1°C en moins, vous réalisez une économie de 7% sur votre facture.

Dans des conditions d’usage optimales, vous pouvez faire des économies jusqu’à 45% sur la facture d’électricité par rapport à un convecteur électrique mécanique. C’est le cas quand le radiateur est couplé à une isolation thermique performante du logement. Si donc vous comptez équiper votre habitat de radiateurs électriques à inertie, il serait utile de vérifier sa performance en termes d’isolation thermique et voir comment vous pouvez l’améliorer.
Le radiateur à inertie présente aussi d’autres avantages à prendre en considération :

 

 

• Son installation rapide et facile

Même pour plusieurs radiateurs électriques, la pose peut se faire en moins d’une journée par une équipe professionnelle. C’est encore plus rapide si vous allez remplacer d’anciens radiateurs électriques classiques, puisque vous n’aurez pas besoin de travaux pour amener les câbles électriques.
On note ici que chaque radiateur doit être raccordé séparément au tableur électrique, et donc posséder une ligne indépendante. Cependant, l’existence d’un circuit de chauffage central n’est pas nécessaire.

 

 

• Son entretien très simple

Un radiateur à inertie ne nécessite presque aucun entretien. Tout ce que vous aurez à faire est de le dépoussiérer régulièrement pour optimiser son fonctionnement. En effet, l’accumulation des poussières entraîne la surconsommation et diminue l’efficacité des radiateurs.
Ce geste simple permettra aussi d’allonger la durée de vie de votre radiateur.

 

 

• Son prix raisonnable

Il y a quelque temps, les radiateurs électriques étaient vraiment coûteux, en particulier les modèles avancés comme les radiateurs à inertie et à chaleur douce.
Mais on peut dire qu’aujourd’hui, l’acquisition d’un radiateur à inertie est un investissement de départ raisonnable. Surtout que cet investissement vous permettra d’importantes économies d’énergie dans le futur. Sur le long terme, les seules dépenses constatées sont celles liées au combustible, donc à l’électricité. Et grâce à un rendement près de 100%, il n’y a pas de perte de chaleur.